Suivez-nous :
8 questions & 2 avis

8 questions Cambodge

Quel est ton meilleur souvenir ?

Ingrid : Notre guide en tuk-tuk à Angkor qui était très sympathique et nous donnait des renseignements précieux pour nos visites de trois jours sur Siem Reap .Il était toujours ponctuel, souriant, et nous cherchait toujours partout pour ne pas nous perdre. Il s’est même inquiété pour nous et parti à notre recherche, il nous a retrouvé en train de nous régaler dans un des nombreux restaurants près d’un temple.

Bruno : Nous nous sommes levés pour partir à 6h00 du matin en tuk-tuk pour arriver avant que le soleil se lève sur le temple d’Angkor Vat.

La magie s’est opérée : l’arrivée progressive de l’ombre des tours du temple sur un fond qui s’éclaircissait toujours de plus en plus. L’ombre d’abord floue, puis des contours de plus en plus net, enfin les détails qui nous on fait prendre conscience de la grandeur du site! Un moment suspendu au temps, avec un film gravé à jamais!

Cyril : C’est un souvenir comme la question l’impose. Alors ce sera le fait d’être le coach sportif de la belle maman, quand elle a des frayeurs dans les escaliers. Vous n’imaginez pas à quel point on peut rigoler !

Agathe : Quand mes parents sont arrivés au Cambodge, j’étais trop contente !!! Bon sinon en parlant du Cambodge, j’ai adoré marcher sur le pont en bambou dans la forêt, il bougeait pas mal, ça faisait un peu peur, mais la vue était très belle et c’est assez inhabituel de pouvoir marcher entre les arbres. C’était au niveau du village flottant Kompong Phluk.

Quel est ton endroit favori ?

Ingrid : Impossible de ne pas citer Angkor !! Mais j’ai beaucoup aimé Siem Reap pour son marché nocturne et la ville !

Bruno : Le temple Ta Prohm: Un décor irréel où les Fromager et Ficus ont poussés sur les murs du temple, donnant des images extraordinaires et surréelles !

Cyril : Pour moi ce fût la découverte du temple Ta Phrom à l’ouverture. La visite débute par des ruines, puis passe par la bibliothèque fraichement rénovée et ils travaillent encore dessus. Pour découvrir des murs où la nature a repris le dessus. Mais ce ne sont pas de vulgaires branches, ce sont des arbres gigantesques ! C’était une ambiance de nature, de fraicheur, d’histoire et de bien-être.

Agathe : Concernant Angkor j’ai 2 endroits coup de cœur : J’ai adoré le temple Ta Phrom ainsi que Bayon. Pour moi ce sont les deux plus beaux temples. Ils ont chacun leurs particularités qui font leur charme. J’ai aussi adoré la plantation de poivre à Kampot. On a réussi à trouver un petit endroit de paradis, avec une piscine de malade avec une vue trop bien. On a passé l’après-midi là-bas, c’était top.

 

Et ton repas préféré ?

Ingrid : J’ai essayé de tester plein de choses différentes à boire (les shakes) et à manger : J’ai trouvé tout délicieux ! J’ai pourtant cherché …mais non tout était extra.

Bruno : Le khmer green cury with fish… Avec lait de coco, et épice soft. Une douceur pleine de gout, avec le riz que l’on mouille de la sauce verte… Un régal.

Cyril : Ce sera l’amok pour moi, une variante du red curry mais avec de légère différence qui font toute la subtilité de ce plat.

Agathe : J’ai adoré le khmer curry, j’ai mangé quasiment que ça. Par rapport à la Thaïlande, ce n’est pas du tout pimenté et c’est très bon.

 

Qu’est ce qui t’as le plus marqué au Cambodge ?

Ingrid : J’ai adoré les gens qui semblent paisibles et bienveillants. Il y a un mélange Homme-Nature- Animaux qui nous fait nous sentir vivants contrairement à notre vie en France.  

Bruno : Les transports en moto sous toutes leurs formes, du point de vue chargement nous avons vu jusqu’à six personnes sur une moto, mais aussi des chargements super volumineux type déménagement tiré par une moto…

Il faut mentionner surtout la manière de conduire, un exemple de code de conduite accepté par tous, où la règle est de ne jamais freiner avant l’arrivée et aux quelques rares feux tricolors! L’insertion dans la circulation en commençant par remonter à contre-sens les deux voies opposées… un vrai miracle du coup jamais de bouchon !

Cyril : 2 choses m’ont beaucoup marqué :

  • Le plus marquant c’est la prison S21. Je vous renvoie vers l’article que j’ai essayé d’écrire avec émotion. Encore une fois comment de telle chose ont pu se passer après la seconde guerre mondial…
  • Le deuxième fait très marquant s’est déroulé sur le trajet du retour de Battambang à Phnom Penh. Nous sommes tombé sur des camions bennes transportant des dizaines de femmes qui sortaient des usines de vêtements. Je me plaignais de mes trajets des RER en grève mais bon on passe encore un niveau. Je ne sais quand les humains réfléchirons à être tous égaux. PS quand vous achetez un vêtement maintenant, pensez à ça… (J’en achèterai quand même hein … mais en réduisant ça au possible)

 

Agathe : C’est la gentillesse des cambodgiens et surtout des deux cambodgiennes qui m’ont offert de la nourriture. On ne s’était même pas regardé et elles se sont retournées et m’ont proposées de gouter à ce qu’elles mangeaient. C’était 2 parfaites inconnues, à deux endroits différents et c’était un geste très spontané et bienveillant. J’ai naturellement accepté et j’ai eu l’honneur de gouter à mon premier bamboo sticky rice et aux fameux coquillages du Cambodge qui sont étalés en plein soleil toute la journée. Je ne suis pas tombé malade, et c’était très bon ! C’est clair qu’on est loin de voir ce type de geste en France et pourtant … Ça fait du bien de pouvoir accoster les gens comme ça  en proposant des spécialités locales.

 

Quel est ton pire souvenir ?

Ingrid : La chaleur à Angkor ou une après-midi, je ne me suis pas sentie bien. Mais grâce à la gentillesse de mes enfants et mari : un bamboo sticky rice et un délicieux shake, me voilà reparti pour apprécier les merveilles devant mes yeux !

Bruno : Les déchets partout, le long des routes et des champs. Mais une prise de consciences est faite, on voit des personnes ramasser des bouteilles plastiques et des canettes, pour les revendre aux usines de retraitements des déchets… Mais les sacs plastiques n’étant pas valorisés restent sur place et repartiront à la prochaine mousson vers les mers pour rejoindre le continent flottant  de déchets plastiques! 

Cyril : C’est parti pour la découverte de Kampong Cham en scooter ! Nous voulions visiter l’île et faire 30 minutes de scooter, on a continué sur une entreprise de caoutchouc. Au final nous aurons passé 3 heures sur les routes pour ne rien voir de l’industrie, vu qu’elle était fermée depuis un bon bout de temps. Forcément, ce jour-là, il faisait méga chaud et un grand soleil, alors Cyrilou = Ecrevisse.

 C’est dingue, parce que depuis qu’on a péché (Au Vietnam, article prochainement) une écrevisse bleue et mise sur le barbecue, j’ai l’impression que mon corps réagit pareil. Et en plus de cela, n’oublions pas que ce chemin était le pire de notre vie. Il y avait plein de camions qui faisaient décoller des nuages de poussières rouges, mais ce chemin était plutôt une autoroute ! Vous imaginez ? On est rentré cramé et très poussiéreux.

Agathe : Alors sans hésiter c’est notre arrivée au Cambodge. Entre la chaleur, les 10$ d’arnaque par personne à la frontière et les 4 minis vans blindés qu’on a dû prendre pour arriver à Kampong Cham, sans clim. Pour les mini vans, pour 15 places assises, nous étions 21 personnes. Je vous laisse voir le schéma, avec les 37°C, c’était l’enfer.

 

Quelle a été ta plus grosse frayeur ?

Ingrid : La toute première traversée de la route à Phnom Penh. Sans Cyril, je pense que je n’aurai pas pu traverser la route !!! La circulation dans l’ensemble m’a beaucoup déstabilisé.

Bruno : Sans nul doute, le TukTuk de nuit sur la nationale: Après le magnifique envol des chauves-souris, notre TukTuk driver  avait commandé son repas sur la route: Mais la livraison était sur le côté gauche de la route … Hé oui, il faut traverser de nuit la nationale en TukTuk, à la méthode Cambodgienne: Première Frayeur la traversée des voies d’en face en transverse pour aller récupérer le dîner! Et la seconde frayeur le retour en « insertion de biais » face aux camions et voitures, mais en plus la traversée de nos voies pour rejoindre le côté droit. Heureusement que notre TukTuk Driver était un pro dans le domaine!!! En somme, en fermant les yeux tout s’est bien passé! 

Cyril : Ce fut dans un escalier d’un hôtel à Kampot. Et oui dans cet hôtel, on enlève les chaussures dans les couloirs. Résultat, on part de la chambre en chaussettes et gros sac à dos sur le dos. Vous l’aurez deviné, j’ai descendu 3 marches, glissé, grosse frayeur pour le dos. Mais enfaite j’avais le gros back pack sur le dos donc j’ai eu ma protection ! Je suis resté agripper à la rambarde, j’ai glissé que sur 1 mètre ou 2 mais ce temps parait très long quand ça se passe ! Rien de casser, on continue le voyage !

Agathe : Quand un petit singe a attaqué ma mère à Angkor, alors que nous étions relativement éloignés d’eux et sans nourriture. J’ai dû lui donner 2 (petits) coups de livres sur la tête pour qu’il la lâche. Il était agrippé à son écharpe et montrait de gros signes d’agressivité. On ne s’attaque pas à ma mère ! Et surtout si tu as potentiellement la rage, non mais !

 

Une anecdote au Cambodge ?

Ingrid : Un autre point moins sympa : un petit singe s’est accroché à mon écharpe et  ne semblait pas très amical. Sans l’intervention zélée d’Agathe, je pense qu’il serait resté accrocher à mon écharpe. Agathe lui a appris un peu d’éducation en lui assénant deux coups de livres mais il n’a pas aimé la culture et donc il est reparti 😉    

Bruno : La recherche d’un commerce pour acheter un petit déjeuner le second jour à Phnom Penh. Après s’être frayé un passage entre les trottoirs impraticables pour les piétons et les voies de circulations encombrées de scooter, motos et voitures… Être passé dans des rues transverses où la pauvreté laissait la place aux structures neuves et riches, nous sommes rentrés bredouilles à l’appartement.

Cyril : Cette fois je vous en raconte une en rapport avec le Cambodge. Rencontrer un couple vers la frontière du Cambodge mais au Laos. « Nous on part 2 semaines au Cambodge, mais on ne va pas faire Angkor, car on a assez vu des temples en Asie ». Alors là, votre bouche tombe ébahis par une telle débilité. Du coup, on a même plus envie de leur parler.

Agathe : C’était vraiment sympa de voir mes parents découvrir l’Asie comme nous il y a quelques mois et être émerveillés de tout.  Ma mère était fan de tout et mon père fasciné par les nombres de passagers en scooter ou encore tous les détails d’Angkor. 

Un conseil pour les futurs aventuriers au Cambodge ?

Ingrid : Grosse chaleur en Février : prévoyez de vous rafraîchir souvent ! Les gens sont très gentils mais le paysage à cette époque n’est pas génial pour Phnom Penh jusqu’à Siem Reap. 

Bruno : Prendre le temps pour les temples d’Angkor, et si vous souhaitez avoir plus d’info sur les temples et cette civilisation plus ou moins perdues, prendre un guide local, ou bien se renseigner avant dans des livres spécialisés. Les temples sont majestueux et cette beauté et déjà suffisante, mais un peu d’histoire pour faire le lien! Pensez à réserver votre guide à l’avance.

Cyril : Le Cambodge est un pays assez pauvre, avec un incontournable pour Angkor ! Les cambodgiens sont souriants et agréables. La nourriture y est très bonne.

Agathe : Comme tous les pays d’Asie, se couvrir les genoux et les épaules pour les temples (d’Angkor). Si vous voulez une petite île relax et paradisiaque pour ne rien faire : Rabbit Island est fait pour vous !

Tu peux aussi t’abonner à la newletters juste sur ta droite. Tu nous laisse ton e-mail, et on t’envoie un e-mail à chaque sortie de nouveaux articles !  A dans 3 jours alors  …

Partager l'article
Article précédent Article suivant

Vous-devriez aussi aimer

1 commentaire

  • Reply Amandine

    Je sens que mon corps réagit comme l’écrevisse 😂😂😂 passage mémorable mdr. De beaux souvenirs pour tous le monde. 😘😘

    15 avril 2019 at 13 h 49 min
  • Laisser un commentaire